Classic and Sports Car rallye by Jadevents

En 1976, Claude Lelouch Traverse Paris à 200 km/h...

Pourquoi un film de 8 minutes ?
Tout simplement, parce qu'il s'agissait de la capacité maximale d'une bobine de format 35mm pour la camera professionnelle embarquée de marque Eclair, type "Cam-flex 35" équipée d'un grand angle et fixée sur le large pare-choc avant de la voiture personnelle de Claude Lelouch, une Mercedes 450 SEL V8 6.9 l. de 286 ch. qui était, à l'époque, la berline la plus rapide du marché.

 

En 1976 Claude Lelouch, avait indiqué être installé sur le siège passager et avoir confié le volant à un pilote de Formule 1, sans jamais vouloir révéler son nom, compte tenu de la dizaine d'infractions au Code de la Route commises en 8 minutes !

Rapidement, dans le milieu de la course automobile que je partageais en 1976, il s'était su que le fameux Pilote de Formule 1 en question, aurait été Jean-Pierre Jarier, Pilote Wolf de 1974 à 1978, qui se serait illustré quelques temps auparavant en détenant le record automobile de l'époque, du tour du Périphérique parisien, autour des 15 minutes, au volant d'un Chevrolet Corvette... (mais, par prudence, disons que ce n'était peut-être pas lui ?). Mais, depuis, pour couper court aux questions sur l'identité du pilote, Claude Lelouch affirme avoir conduit, lui-même, sa propre voiture !
(Pour mémoire, le record absolu du tour du périphérique serait détenu, depuis 2004, par un pilote suédois surnommé "Ghost Rider" en 9mn 57 secondes au guidon d'une Suzuki GSX-R 1000 de 180 chevaux).

 

Pour en revenir à la Mercedes 450 SEL, sa suspension hydropneumatique de série a permis à Claude Lelouch de pouvoir disposer d'une image relativement stable.

Le bruit du moteur de la Mercedes, enregistré pendant le parcours, n'étant pas assez "glamour", Claude décida de le doubler par la sonorité du moteur d'une "vieille" Ferrari 275 GTB de 10 ans d'âge.
Malheureusement, et d'une façon incompréhensible, ce doublage ne correspondra pas exactement aux images, notamment dans la remontée de l'Avenue Foch et de la descente des Champs Elysées, les deux endroits où les 200 km/h. furent dépassés !

La révélation du détail de ce doublage donna naissance à une "Fake News", comme quoi le film avait été tourné depuis une Ferrari 275 GTB... ce qui n'avait jamais été le cas !

L'itinéraire débute sous le tunnel du boulevard périphérique à la porte Dauphine, puis emprunte une rampe de sortie vers l'avenue Foch.
Le trajet se poursuit par l'Arc de triomphe, les Champs-Élysées, la place de la Concorde, le quai des Tuileries, les guichets du Louvre, avenue de l'Opéra, les rues Halévy et de la Chaussée d'Antin, l'Eglise de la Trinité, puis la Rue Blanche, jusqu'à la place Pigalle avant de tourner à gauche sur le Boulevard de Clichy.

Le parcours initialement prévu fut modifié en raison de la présence d'un camion de livraison bouchant la rue Lepic, rue en sens unique et très étroite.

Le pilote commence à s'engager rue Lepic avant de revenir sur le boulevard de Clichy et d'effectuer un détour par la rue Caulaincourt et le cimetière de Montmartre, puis l'avenue Junot pour rejoindre la place du Tertre et la Basilique du Sacré-Coeur.
Ce détour aurait pu compromettre le film par manque de pellicule.

Le trajet contient une intersection aveugle : le passage aux guichets du Louvre ne permet aucune visibilité.

La voiture sortit du passage à grande vitesse, mais il a été dit que Élie Chouraqui, alors premier assistant de Claude Lelouch, y avait été posté muni d'un talkie-walkie afin d'assister le pilote en cas d'arrivée d'une voiture sur la rue de Rivoli... Ce détail n'a jamais été confirmé et Elie Chouraqui n'en parla jamais !

La voiture ne s'arrête jamais : les piétons sont esquivés, les autres voitures évitées, les pigeons éparpillés, les feux rouges ignorés, les lignes blanches franchies, les sens uniques pris à contre-sens et, pour éviter un camion-poubelle, la voiture monte sur un trottoir. La voiture s'arrête finalement devant la basilique du Sacré-Cœur, la vue montrant le panorama sur Paris devant les marches de Montmartre. Là, une jeune femme blonde apparait, grimpant les escaliers... le pilote sort et l'étreint... l'heure et le lieu du "rendez-vous" ont été respectés !

Inutile de dire qu'aucune autorisation n'avait été demandée !
A sa sortie en salle, en court-métrage avant l'entracte, le film choqua les autorités et, notamment Michel Poniatowsky, le Ministre de l'Intérieur de Valéry Giscard d'Estaing et Raymond Barre.
Il envisagea de censurer le film et de l'interdire en salle... mais, finalement, après accord avec les distributeurs et directeurs de salles, "Rendez-vous" fut retiré des écrans "à l'amiable"...
Il ne circulera plus que "sous le manteau" !

 

 

Rejoignez-nous !

Une belle auto qui ne roule pas assez souvent ?
Une envie de rouler 4 jours au grand air ?
Le souhait de partager de grands moments
avec des passionnés de belles automobiles ?
Alors, rejoignez-nous...

Une expérience inoubliable

Le besoin de rouler 4 jours au grand air sur des routes exceptionnelles ?
Une envie de découvrir des régions et des paysages peu connus ?
L'occasion de visiter des lieux, des sites et des villages pittoresques ?
Alors, venez vivre une expérience inoubliable...

Devenez partenaire

Vous êtes passionné de belles autos ?
Vous êtes Chef d'Entreprise ?
Vous souhaitez participer à nos Rallies ?
Alors, devenez partenaire ...