Luigi et Micheline
NEUFCHATEL
Retraité très actif
Première participation
Engagés n° 46 - Groupe A
Véhicules
Chevrolet Corvette C1 / 1957
Après la victoire des Alliés en 1945, de nombreux "GI" restés quelques mois en Europe, profitent du retour au pays, pour ramener dans leurs bagages des Roadsters anglais, MG, Triumph, Austin Healey ...
Le coup de foudre des jeunes américains pour ces petites voitures de sport à deux places, est immédiat !
Harley Earl, responsable du design chez General Motors, comprend vite cet engouement et lance, pour le compte de Chevrolet, l'étude d'un tel Roadster à deux places et aux lignes sportives ... "à l'américaine". Ce sera la Corvette !

Alors, en juin 1953, dès sa présentation, la toute première Chevrolet Corvette, la C1, crée une sacrée surprise et attise toutes les curiosités au sein d'un marché automobile américain ultra-classique centré presque exclusivement sur les "Paquebots" de plus de 5 mètres de long !
En effet, que le premier Constructeur mondial de l'époque, ose lancer un vrai Roadster bi-place d'allure sportive était vraiment très anti-conventionnel pour l'époque ! La C2 viendra remplacer cette C1 en 1964.

Moteur bloc fonte en position longitudinale avant, 8 cylindres en V à 90°, Arbre à cames central, 16 soupapes, injection mécanique, 4,4 litres, 235 ch. à 4800 tours, boîte mécanique à 3 rapports, propulsion, suspensions avant à roues indépendantes triangulées et essieu arrière rigide avec ressorts à lames semi-elliptiques.
4 freins à tambours . Jantes acier 15''.
Vitesse maximale : 215 km/h. pour un poids de 1 250 kg.

Au début des années 50, cette idée particulièrement novatrice de GM de produire un tel Roadster sportif, la Corvette C1 permettra de rencontrer un grand succès commercial. De plus, quelque part, cette C1 annonce le futur succès de la Mustang lancée, 12 ans plus tard, en 1965, par l'éternel concurrent de GM : Ford !




Auto suppléante :
Wiesmann MF4 / 2008
En 1985, les deux frères allemands Wiesmann décident de réaliser une voiture de sport ayant une apparence ancienne avec des technologies modernes. Le prototype est achevé en 1987 puis présenté en 1988 au Salon Automobile d'Essen.
Mais il faudra pas moins 5 ans de développement (!) pour lancer la production du Roadster MF3 puis, enfin, trois ans plus tard, présenter au Salon de Genève 2006, le superbe Coach GT MF4, puis 6 mois plus tard, un nouveau Roadster, le MF5.

Malheureusement, la crise économique mondiale de 2008, empêchera ces deux modèles de rencontrer un succès commercial suffisant pour assurer la continuité de l'Entreprise. Après 5 ans de grandes difficultés financières, fin 2013 l'Entreprise engage une procédure d'insolvabilité, mais rien ne pourra sauver la Société.
En novembre 2015, l'entreprise sera rachetée par un couple d'investisseurs britanniques ... et depuis septembre 2019, Wiesmann renaît de ses cendres et a repris sa production ...

Moteur BMW en alliage léger en position longitudinale avant, 8 cylindres en V à 90°, un arbre à cames en tête par rangée de cylindres, 32 soupapes, injection multipoint Bosch Motronic, 4,8 litres, 367 ch. à 6300 tours, boîte mécanique à 6 rapports, propulsion, suspensions à 4 roues indépendantes, triangulées à l'avant et multibras à l'arrière avec combinés ressort-amortisseur concentriques.
4 freins à disque acier ventilés et percés diamètre 350 mm. Jantes alliage 19''.
Vitesse maximale : 290 km/h. pour un poids de 1 280 kg.

Voici une GT moderne mais "à l'ancienne" et très originale, bénéficiant d'un beau et gros moteur, mais malheureusement restée très confidentielle à cause d'un prix exorbitant, prix qui n'a même pas suffit pour sauver l'entreprise de la déroute ... Dommage !